Titre du professionnel :

  • Technologue en imagerie médicale

Enjeux pour le technologue en imagerie médicale dans une approche de collaboration interprofessionnelle :

  • Faire davantage confiance aux autres professionnels et aux autres membres de l’équipe en acceptant de prendre des risques, en démontrant son expertise, mais également en reconnaissant ses limites, en s’engageant davantage et en créant des affinités avec les divers professionnels
  • Promouvoir l’intégration et son implication au sein des équipes multidisciplinaires, par exemple avec les physiciens biomédicaux en ce qui concerne le programme de contrôle de la qualité des équipements d’imagerie médicale.
  • Développer davantage une synergie et une structure fonctionnelle. Par exemple, dans l’interaction avec l’équipe interprofessionnelle en hémodynamie, comme les infirmières et les cardiologues.
  • Participer plus activement aux rencontres, au partage d’information et aux formations sur le travail en équipe afin que l’équipe interprofessionnelle soit plus proactive et impliquée.
  • Pour ce faire, les gestionnaires en place et la structure organisationnelle de l’établissement doivent permettre ces moments d’échanges et un assouplissement du modèle de gestion de sorte que les professionnels de l’équipe puissent davantage interagir entre eux et « négocier » eux-mêmes.

Activités professionnelles :

Le technologue en imagerie médicale produit des images ou des données de l’anatomie et des différents systèmes du corps dans le but d’obtenir un diagnostic ou de procéder à une intervention. Pour ce faire, le technologue en imagerie médicale utilise des radiations, radioéléments, ou autres formes d’énergie.

En collaboration avec les autres membres de l’équipe et le patient, le technologue en imagerie médicale :

  • Produit des images et des données à des fins diagnostiques de façon sécuritaire pour le patient dans les secteurs suivants : résonance magnétique, médecine nucléaire, échographie, mammographie, tomodensitométrie, hémodynamie, angiographie, etc. (Il doit manipuler les statifs, caméras et autre équipement d’imagerie, enregistrer les images ou les données, préparer le système d’archivage, sélectionner les paramètres d’acquisition, manipuler les radiopharmaceutiques, procéder à la décontamination, etc.).
  • Procède aux vérifications nécessaires préalablement à l’examen lorsqu’il y a administration d’une substance de contraste, d’un médicament ou de radiopharmaceutiques pour le patient en lien avec l’examen (ex. : allergie, contre-indication, surdosage, calcul de la clairance rénale, etc.).
  • Administre des médicaments et autres substances et surveille les réactions à la suite de l’administration de ces médicaments et substances.
  • Sensibilise et informe les professionnels et les intervenants des risques liés à l’utilisation de radiations ionisantes (rôle de radioprotection) lors des examens.
  • S’assure que l’ensemble des vérifications liées au contrôle de la qualité des équipements d’imagerie sont conformes.
  • Collabore à divers programmes de dépistage, tels que le dépistage de la trisomie 21 et le programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), entre autres par la réalisation d’images mammographiques ou échographiques et par l’explication à la patiente du consentement libre et éclairé à faire partie de ces programmes.
  • Contribue aux soins du patient et collabore en cas d’urgence lors des procédures d’examen ou d’intervention.
  • Assiste les médecins spécialistes et collabore avec eux lors d’examens ou d’interventions nécessitant de la radioscopie (ex. : salle d’opération, salle d’intervention).

Exemples de conditions pour lesquelles un patient peut bénéficier d’une collaboration interprofessionnelle :

  • Maladies coronariennes : problème courant chez la clientèle d’hémodynamie où l’on procède à une angioplastie avec l’équipe.
  • Cardiopathies congénitales : chez le nouveau-né porteur d’une cardiopathie congénitale cyanogène grave, l’accès rapide à une valvuloplastie réduit l’hypoxie préopératoire et améliore le pronostic.
  • Femmes âgées entre 50 et 69 ans (programme dépistage).
  • Femmes enceintes.
  • Polytraumatisés.
  • Clientèle orthopédique.